LE PETIT DÉJEUNER TRADITIONNEL ANTILLAIS ?

Combien êtes vous à croire qu'il existe aux Antilles, une tradition du petit déjeuner local ? Probablement composé d'une coupe de fruits locaux, d'une carafe de jus de fruits fraîchement pressés, de produits laitiers provenant de la ferme voisine, de  galettes de manioc beurrées ou  tartinées de confiture de fruits "des îles" , de café directement fait à partir des fèves d'une plantation antillaise, etc... ou encore, avec des trucs incroyablement bizarres qui sortent totalement de l'ordinaire ? 


UN PETIT DÉJEUNER COMME A LA TÉLÉ


Ça fait au moins 15 ans que le déjeuner du matin c'est nettement "européanisé" dans les foyers des îles ( pour ceux qui le prennent...) Ça dépend en plus des saisons ou/et du porte-monnaie. Manger des céréales, à vitamines égales, c'est moins cher, même aux Antilles. 


LAIT & CEREALES AU CARAMEL


Mais il n'est pas dit que les gens en mangent pour les vitamines... Beaucoup,comme partout, aiment "manger comme à la télé" . Même si, par trop de fierté (ou hypocrisie), peu avoueront clairement qu'ils suivent bêtement le mode alimentaire proposé par la société de consommation mondiale... 
LIL BRUNCHC'est pas forcément conscient ? Pourtant, les messages diffusés sur le petit écran, qui disent quoi manger, boire, et à quel moment aller aux toilettes ou au lit, sont bien connus ...
Bref, quand ce ne sont pas des céréales,ou la fameuse pâte à tartiner, c'est un passage à la Boulangerie/ Pâtisserie proche de l'école, de la maison ou du boulot , au grand dame des nutritionnistes locaux qui crient à l'obésité et au diabète.


PETIT DÉJEUNER TRADITIONNEL ANTILLAIS OU PETIT DÉJEUNER AUX ANTILLES ?

Personnellement, j'estime que "le petit déjeuner traditionnel antillais" n'a jamais existé, que les gens ont toujours fait le matin (au réveil) , avec ce qu'ils avaient sous la main.

BREAKFAST

A l'époque coloniale (je ne parle même pas de l'esclavage...) à l'exception des enfants dont les parents avaient le souci de leur apporter, au moins le fameux "pin épi lèt " ou une préparation typique telle que le "bol toloman" et les foyers aisés, ceux avec "employés de maison" pour leur préparer la table du petit déjeuner avec fruits du jardin, jus de fruits fraîchement pressés, pain frais et autres pâtisseries livrées à l'aube... 




FAST BRUNCH"Monsieur et madame tout le monde" aux Antilles, mangeaient (aujourd'hui encore ) soit un reste du déjeuner de la veille , soit une version légère d'un déjeuner _ surtout chez les pécheurs, les agriculteurs, ceux qui avaient/ont un travail éprouvant, afin de mieux attendre le déjeuner _ soit des fruits cueillis dans un arbre (pas forcément dans son jardin), soit un morceau de canne à sucre arraché sur le chemin de l'école, soit un morceau de pain avec du café, de l'eau, un thé, ou du lait (éventuellement agrémenté de beurre, de sucre , de manioc, ou de poudre de cacao pur local) comme petit déjeuner. 

HELLO

On a jamais rien eu à voir aux Antilles, avec les messages publicitaires, type "banania" ou "chicoré", qui ont bercé l'enfance ou la jeunesse de certains.

Déjà enfant, mes camarades noirs et métisses (je précise) de maternelle et primaire en Martinique, s'offusquaient _ petit biscuit fourrés à la confiture dans la bouche et briquette de jus de fruit ou de lait sucré dans une main (ou un de ces mini paquets de céréales)_ de me voir manger un sandwich jambon/fromage (au pâté ou au saucisson, parfois) à la récrée du matin. Pour eux, c'était un déjeuner.  
Ce fût presque la fin du monde, le jour où j'ai expliqué qu'à la place du classique "pain/lait" ,il arrivait au petit déjeuner que mon père nous prépare un sandwich oeuf /tomates/sardines brouillés avec du jus (faire des sandwichs et du jus, sont deux de ses spécialités culinaires), j'étais limite devenue infréquentable, mais comme j'avais faim, je les laissais volontiers dans leur raisonnement apocalyptiques. Ça remonte à 20 ans. Aujourd'hui, j'en vois certains d'entre eux faire la queue dans les fast-food de l'île... Alors que moi, mes fameux sandwichs, je les fais moi-même.


SANDWICH

On peut évidemment se faire à l' occasion, un "petit déjeuner créole" avec des produits locaux, préparés de façon traditionnelle, comme ce qui peut être proposé dans les hôtels des Antilles. Mais si quelqu'un raconte " Ha, c'est typiquement martiniquais! " ou "c'est un vrai petit déjeuner traditionnel antillais !", c'est soit un touriste, soit un béké , qui en l’occurrence ne connait rien du quotidien des antillais.


LE DÉJEUNER TRADITIONNEL ANTILLAIS


Seul le déjeuner, principal repas de la journée, se travaille encore un minimum, de manière traditionnelle, se présente comme un moment traditionnel. Il y a encore lors de ce repas, une volonté de "mangé lokal " partagée par la majorité de la population, de génération en génération. Avec des produits locaux ( fruits, légumes, épices, poissons, viandes...) pour confectionner des plats typiques. Surtout les plats de jour de fête, ou encore ceux du repas dominical et autres grands repas familiaux. Avec souvent, en plus des conversations animées, un  fond sonore de musique locale, ou animale (chiens,poules,moutons ...) et des invités surprises.
Bien qu'il y ait de nombreux fast-food, on peut encore parler d'un "déjeuner traditionnel antillais". Ce fameux déjeuner qui rend nostalgique bon nombre d' antillais vivant loin de leurs îles natales. 



Aux Antilles, il existe des aliments typiques des îles, des préparations traditionnelles, des moments dans l'année, où on mange telle ou telle chose et pas d'autres. Mais le petit déjeuner n'a rien d'un moment traditionnellement particulier. Il y a peut-être des foyers qui ont développé une coutume alimentaire familiale. Mais culturellement, je ne connais rien de spéciale sur le sujet. On petit déjeune malgré des produits locaux, comme n'importe quel français de France et de Navarre, avec comme base : produit laitier, thé, café, produit céréalier, fruits, jus de fruits. A l'exception peut-être de certaines régions, qui ont su préserver au cours des siècles des éléments typiques de leur petit déjeuner, et qui se voient dans la majorité des foyers concernés. 




NOTA BENE
Les termes "tradition" et "traditionnel" décrivent des évènements, des façons de faire, transmis continuellement. 
Le terme "typique " décrit tout élément , ou fait, ayant une caractéristique unique. 
Ex : Le Carnaval est un évènement traditionnel. Le bèlè est une danse typique de la Martinique. Danser le bèlè (et autres danses caractéristiques de l'île) au Carnaval, c'est la tradition, en Martinique.
Une danse est traditionnelle, non pas pour sa technique, son contenu typique, mais sa transmission de génération en génération. 
Même choses pour les plats typiques, servis lors d'évènements traditionnels: Le moment est traditionnel,le servir est la tradition, mais le plat reste typique, même s'il est conçu dans le respect de la tradition culinaire qu'il représente.
Un fait typique, non traditionnel, est une attitude, un comportement récurrent attribué à un ou plusieurs individus, sans volonté de transmission intergénérationnelle, lié à des habitudes, ou une maladie, auquel cas, on parle de symptômes. Le caractère unique est soit l'individu, soit la maladie.
Echelles de tradition: familiale, religieuse, sportive, culinaire ( recette), communale,  régionale, nationale ...
6 Responses
  1. Do Says:

    Pas de petit-déjeuner traditionnel martiniquais? Et le féroce alors? Renseigne-toi mieux avant d'écrire tes articles. C'est un peu dommage, l'initiative était intéressante.


  2. VSK Says:

    @DO, Je ne connais ni ce plat, ni ses origines, bien que ce nom m'ai dit quelque chose . Je me suis renseignée rapidement (j'ai trouvé des sites sur le sujet, et au passage, je n'aime pas l'avocat),et à ce que j'ai vu, rien ne dit qu'il ne doit être pris qu'au petit déjeuner, et que la majorité des antillais le font... Il s'agit probablement, d'un de ces nombreux mets, que certains affectionnent et que beaucoup d'autres n'imaginent même pas...Autrement dit, ça n'a rien d'un petit déjeuner traditionnel.

    Il ne s'agit pas de débattre sur l'existence de plats traditionnels pouvant être pris au petit déjeuner,ou que certains ont eu l'occasion de manger comme petit déjeuner, mais sur l’existence ou non, d'un véritable rituel, d'une composition traditionnelle "petit déjeuner Antillais", majoritairement présent dans les foyers depuis des siècles... Au même titre que les pancakes,flocons d'avoine, bacon (USA)ou le grand petit déjeuner Britannique, etc ...


  3. Do Says:

    Si tu as des "ainés" autour de toi, pose-leur la question. Certains restaurants commencent même à le servir (toujours en petit déjeuner) afin que les touristes puissent découvrir etc.


  4. VSK Says:

    Je me base également,sûr les témoignages de mes aînés,mes proches, ça représente plusieurs centaines de personnes...

    Je ne doute pas que certains aient connu ce plat au petit déjeuner, si ce nom m'a dit quelque chose, c'est bien qu'ils ont du l'énumérer un jour, parmi les plats de leur enfance.

    Il me semble, que c'est un plat pimenté, alors forcément que ça réveille, de prendre ça le matin.
    Mais ceux qui le prenait le matin, ont simplement décidé de le prendre à ce moment de la journée, beaucoup d'autres prenaient autre chose...

    Il s'agit d'un plat traditionnel et ton commentaire confirme le fait qu'il n'entre pas dans un rituel "petit déjeuner antillais", un rituel, qui je le rappel n'existe pas.Vu qu'il faut le faire découvrir aux touristes...

    Autant dire à tout le monde ... Or, ça ne risque pas d'être du goût de beaucoup.

    Que nos aînés aient connu ce plat est une chose. Il se trouve qu'il est tombé en désuétude.

    C'est le genre "d’absence culinaire" qui change les goûts.

    Aux Antilles, toutes sortes de choses(traditionnelles ou non) sont prises au petit déjeuner.

    Ne serait-ce que pour la Martinique,je n'imagine pas 200 000 personnes manger ce plat régulièrement en petit déjeuner.

    C'est ça la tradition dont je parle: Quelque chose de typique et quasi systématiquement présent .

    L'esclavage et la colonisation sont passés par là, un point c'est tout.

    Peut-être que dans un siècle, à force de le faire "découvrir" , le rituel du petit déjeuner sera de manger un plat de ... Comment ça s'appel déjà ?


  5. Do Says:

    Oh, si ta définition du "traditionnel" inclu une continuité dans le présent, forcément... Au temps pour moi. Dommage cependant qu'en suivant ta logique certaines traditions plus tout à fait au goût du jour ne soient plus... "traditionnelles".
    Est-ce qu'il faut considérer que parce que de moins en moins de personnes se rendent au cimetière à la Toussaint, ça ne fait plus partie de nos traditions?
    D'ailleurs du coup, le bèlè n'est plus une danse traditionnelle et j'en passe.

    Je comprends ton point de vue mais je le trouve réducteur sur bien des points.

    PS : Féroce = boulettes faites de farine de manioc, morue et avocat.


  6. VSK Says:

    Il y aurait eu "continuité dans le présent", comme le rituel du Matoutou crabe à Paques , du "pain au beurre / chocolat" lors des baptêmes,premières communions et autres sacrements chez les chrétiens de l'île, et comme les nombreux mets typique de Noel,si à la base, il y avait une majorité d'antillais qui en mangeait, qui le faisait.

    Encore une fois ce n'est pas parce que des gens ont connu ce "féroce" au petit déjeuner, que c'était le rituel du petit déjeuner partagé par des dizaines de milliers d'antillais.

    Mon père est fortement attaché à la transmission des traditions,c'est en partie son boulot, il n'aurait pas manqué de nous en faire part, de nous faire goûter ce plat,si l'importance en valait la peine...

    Il fut un temps où les gens ne bougeaient pas beaucoup, hors de leur commune. Il est probable que beaucoup prennent pour une "tradition antillaise", une coutume connue uniquement dans une partie de l'île, voir uniquement dans leur commune.

    Je me rappel avoir vu sur une chaîne locale,un reportage chez une famille dans le nord de l'île: Une préparation de "riz au chocolat" sans lait, que les membre de cette famille, préparaient et dégustaient à l'occasion du Vendredi Saint. Comme quoi, le vendredi saint, on ne doit pas boire de lait, donc ils présentaient la préparation de ce plat, qui ressemblait à un riz au lait, sans lait.

    Je ne sais pas qui leur à dit qu'ils n'avaient pas le droit de boire du lait ce jour là, mais enfin,bref. Ce plat présenté comme une tradition culinaire antillaise est inconnue au bataillon.

    Contrairement au Riz au lait connu dans toute les Antilles.

    Personnellement, sans vouloir heurter les opinions de chacun, j'estime que ce plat, est probablement une invention d'un membre de cette famille, datant d'un jour, où ils n'avaient pas de lait. Et c'est devenue une coutume, qui a perduré. Apparemment,uniquement dans cette famille.

    Autrement dit, ce qui fait qu'un plat fut ou, est traditionnel, c'est qu' il a été/est bien connu dans l'île, souvent consommé.
    Ce qui fait qu'un rituel fut ou, est traditionnel, c'est qu'il a été/est exécuté par la majorité de la population concernée.

    Pour tes boulettes au petit déjeuner, au niveau des Antilles, et même de la Martinique, c'est pas le cas.
    Après réflexion, il me semble que c'est au cours d'un reportage télé local, que j'ai entendu parler du "féroce" et non de la bouche de mes proches.Et ta description me fait penser à un apéritif, que j'ai déjà vu...

    J'ai eu l'occasion de mettre, enfant, de la farine de manioc dans mon lait, ou de le manger sec mélangé à du sucre (j'aimais plus comme ça), mes parents nous expliquaient, qu'ils mangeaient ça enfant, c'était comme manger les céréales d'aujourd'hui.

    C'est pas parce que j'ai connu ça quelques jours, que mes parents ont dit qu'ils en ont mangé aussi enfant, et que je pouvais imaginé des milliers de gens de leur époque le faire. Que je crie sur les toits que c'est LE petit déjeuner traditionnel aux Antilles, que c'est comme ça que tous les antillais mangent ici. C'est FAUX!

    N'importe qui arrivant dans un foyer de l'île au hasard, pour vivre "un petit déjeuner aux Antilles",verrait sur la table à peu de choses près, un petit déjeuner bien français.

    Pareil pour les ex-colonies britanniques en comparaison du déjeuner de celui de l'Angleterre. Tu n'es jamais allé en Angleterre, à la Dominique ou à St Lucie ? On y retrouve le même rituel.

    C'est pas très malin de faire croire n'importe quoi aux touristes ...


Membres